Fantasme Indonésien

Bonjour à tous! Je m’appelle Antoine Rio-Cabello, je viens de finir mon master en écologie marine et n’ayant pas trouvé ni de thèses, ni travails dans mon domaine je me suis mis à chercher des contrats de service civique ou des éco-volontariats en écologie. Qui je suis n’as pas vraiment d’importance mais, ce qui en as beaucoup plus c’est l’histoire que je vais vous raconter.

Le jour où j’ai commencé à rêver:

Cette histoire résonne dans ma tête comme un rêve, c’est pour cela que je vais le conter comme tel car je ne peux me résoudre à le raconter d’une autre façon. Bien que je sois en train de vivre cette expérience je n’arrive toujours pas à réaliser que je suis là et que je vie cette aventure. Cette histoire à commencer en août c’est à ce moment que j’ai fait la rencontre du Little Fireface Project sur la page Ecodiff (Site internet qui recense les projets sérieux de stages, thèses, éco-volontariat, etc. en écologie). J’ai tout de suite été emballé. Quoi de mieux que de s’investir dans un projet d’écologie en attendant les nouvelles offres de thèse? Je n’avais jamais vraiment voyagé en dehors de quelques pays frontaliers de la France alors en Indonésie c’était presque un projet impossible, une idée inatteignable, c’était ma chimère. J’ai immédiatement envoyé mon CV et ma lettre de motivation sans vraiment y croire mais cette idée commençait à germer dans ma tête, s’enracinant toujours plus profonds, jusqu’à devenir impossible à extraire. Une journée, après l’envoie de ma candidature, qui me parut aussi longue qu’une vie sur terre j’eu une réponse de Sharon la responsable du projet qui était très enthousiasmée par ma candidature et qui me proposât un Skype. Je n’en croyais pas ce que je venais de lire, j’étais survolté, je ne tenais plus en place… Cependant, après la troisième lecture du mail je commençai à avoir des sueurs froides car j’allais devoir faire un entretien en anglais, moi, dyslexique qui ne peux écrire un texte sans semer au passage un bon nombres de fautes d’orthographe et de syntaxe. Bien qu’ayant précisé dans ma lettre de motivation que j’avais un niveau médiocre en anglais et que je voulais aussi faire cette éco-volontariat pour me confronter à mon pire ennemie, l’anglais, j’étais terrorisé à l’idée que l’entretiens joue en ma défaveur… Sharon ma alors tout de suite rassuré, j’allais passer un entretien en français… J’étais alors soulagé, pendant l’entretiens Sharon me parla du travail avec les Loris qui consistais à suivre un individu chaque nuit, car ce sont des animaux nocturnes, pendant six heures et prendre des données comportementales… Elle me précisa que le travail pouvait sembler long, difficile, que les conditions météorologiques étaient parfois rudes etc. Plus le Skype avançais plus je m’y voyais, ma tête étais déjà là-bas… Cependant c’était sans compter les complications administratives, j’ai dû aller cinq fois à l’ambassade, c’était à n’en plus finir comme si ils inventaient des nouveaux papiers à chaque fois que j’y allais pour m’empêcher de venir mais c’était sans compter mon envie de venir. Je me suis même imaginé rentrer en barque illégalement dans le pays… Ce ne fus pas nécessaire fort heureusement, c’est bien plus facile à un ressortissant d’un des pays les plus riche du monde heureusement pour moi et malheureusement en général…

Le rêve devenus réalité

Ça y est le jour de mon départ étais maintenant arrivé, j’étais sûr que pour je ne sais qu’elle raison, il y allait avoir un problème, que mes bagages ne passeraient pas, que j’allais m’égarer à mon escale, ou encore qu’il y allait avoir un problème avec mon visa… mais à ma grande surprise tout ce déroula pour le mieux. Lorsque l’avion commença à s’approcher de l’île de java, je fus surpris de voir qu’une multitude d’éclair zébré le ciel, comme si Zeus abattait sa colère sur cette ile. Ce phénomène devait être dus à la saison des pluies. Quand je suis sortie de l’avons à Jakarta, la première chose qui m’as frappé c’est cette chaleur humide qui étais presque intrusive, qui rendais l’atmosphère lourde et un peu suffocante… Je fus par ailleurs dessus de voir que Leclerc m’avait devancé et l’on pouvait voir son enseigne flotté sur des gratte-ciels. Je me suis dit avec presque une petite déception que cette ville n’étais pas aussi dépaysant par ailleurs qu’elle différence il y aurais avec Cipaganti (la ville ou se trouve la station).

La route du rêve

A l’aéroport m’attendais un conducteur qui avais été contacter par Sharon. Dès l’entrée dans son taxi j’ai vus un tout petit lézard (décoratif) sur le rebord de la vitre. A ma grande surprise dès que j’ai voulus le toucher il s’est enfouis, je me dis que cette expérience allait être décidément pleins de surprise. J’ai ensuite essayé de me tenir éveillé n’ayant pas vraiment dormis dans l’avion, combattant la fatigue de toute mes forces, mais peu après avoir quitté l’agglomération le sommeil me pris dans ses filets. Quand je ré-ouvris les yeux le paysages avais radicalement changer, la végétation orner les routes et des épiceries fourmillaient ayant pignons sur rues. Puis a route devint de plus en plus accidenté et je fus surpris de voir qu’aucun panneau de signalisation ne donnais la direction des villes. Nous commençâmes alors à rouler sur un chemin, que j’allais bientôt très bien connaitre, qui allais vers le haut de la montagne. Puis le conducteur s’arrêta est me dis voici la « green house », c’était une maison ou la façade étais verte, sur la devanture on pouvait voir un énorme poster avec une photos des diffèrent loris. Je n’arrivais pas à y croire sa y est j’étais arrivé.

Vivre son rêve

J’ai fait tout de suite connaissance avec Sharon, Alex, Marie, ainsi que les volontaires. Je fus accueilli très chaleureusement, je découvris le dortoir des garçons ou nous dormions et puis je fis la découverte de ce qu’étais une douche indonésienne. C’était un énorme bac ou que l’eau des rivières venais approvisionné, je n’en croyais pas mes yeux j’avais trouvé la route qui conduisais à mon rêve et je me sentais déjà chez moi. Comme je n’avais pas de shift ce jours-là j’entrepris de partir en exploration dans la montagne, je vis alors qu’une bonne partie de la montagne étais exploitée. Je fis la découverte de ses énormes exploitations ou des étranges fruits poussaient au-dessus du sol : le labou. Je vis aussi la rudesse du travail dans cette région, j’avais l’impression que plus les personnes étaient vielles plus elles portaient des charges lourdes. Je compris alors que le monde contient des gouffres d’inégalités et le voir sont deux choses différents. Le lendemain devait commencer mon travail avec les loris.

Les loris une espèce magique

Beaucoup de superstitions, concernant les loris, existent en Indonésie. L’une d’elle est qu’après votre mort c’est un loris qui vous accueil au paradis. Malheureusement ces légendes n’empêchent pas la capture de cette espèce pour la commercialisation comme espèces de compagnies.

Le premier soir je fis la rencontre d’une partie des traqueurs, ce sont des personnes très souriantes et très gentilles. Ma première nuit fut une catastrophe, il plus toute la nuit, le loris que nous suivions était caché dans les bambous. C’était comme si l’Indonésie me mettait à l’épreuve. Les nuits d’observations suivantes étaient magiques et surnaturelles. Je vis les loris se nourrir d’insecte et de sève. A la fin de mon premier moi je vis mon premier comportement social entre un père et son fils c’était magnifique.

Nous avons eu aussi un bon nombre de loris blessé que des personne nous confère afin de les soignés de les nourrir afin qu’ils regagnent du poids. La deuxième salle de bain c’est alors plus de fois transformée en salle de fitness pour loris. De nombreux loris nous furent confier ce qui attestais que le projet était de plus en plus connu, sa réchauffé le corps.

Imaginaire ou réalité?

En plus de s’intéresse au Loris ce projet donne l’opportunité à chaque volontaire de travailler sur leurs projets personnels. Quand je suis arrivé il y avait un volontaire, Albie, qui travaillait sur les insectes.

Lors de mes nombreuses randonnées j’ai fait des découvertes des plus déroutantes, des araignées ressemblant à des papillons, des lézards avec des queue 3 fois plus grand que leurs corps, des serpents, des insectes ressemblants à des feuilles.

J’ai même crus être encore endormis, que je rêvais, quand j’ai touché une feuille d’une petite plante qui s’est tout de suite recroquevillé. Je pense qu’en Indonésie avec ce projet je ne suis pas au bout de mes surprises…

Je vous remercie de m’avoir lus, j’espère avoir pu vous communiqué une partie de cette aventure et vous avoir fait ne serais ce qu’un peu rêver.

  • Antoine Rio-Cabello
  • Volontaire pour Little Fireface Project

Mi proyecto de máster con the Little Fireface Project

Hola a todos! Mi nombre es Joana, y actualmente estoy estudiando un máster en Primatología en la Universitat de Girona y Fundació MONA, cerca de Barcelona. Mi interés por los loris me ha llevado a venir a realizar mi proyecto final en Indonesia, con the Little Fireface Project. Me siento muy afortunada de tener la oportunidad de estudiar estos increíbles primates en su hábitat natural y de tener el apoyo de este gran equipo! Es por eso que quiero compartir mi experiencia vivida hasta ahora aquí en Cipaganti.

Hace un poco más de dos meses que estoy viviendo en Cipaganti. Creo que es muy interesante el hecho de que vivamos integrados en la comunidad y que éste no sea sólo el sitio donde trabajamos. La vida aquí es muy diferente de a lo que estoy acostumbrada: no tengo realmente una rutina, en mi caso especialmente mi actividad se reparte entre el día y la noche. Como todos los voluntarios del proyecto, tomo parte en las observaciones de comportamiento de los loris que se hacen cada noche. Cada día se hace el seguimiento de al menos un individuo durante toda la noche, que es cuando ellos están activos. Un primer equipo formado por un guía local y un observador sale a las 5 de la tarde para encontrar al loris antes de que despierte, y es relevado a las 11 de la noche por un segundo equipo que continua con la observación hasta las 5 de la mañana. Especialmente este segundo turno puede ser duro a veces, cuando te tienes que mantener despierto bajo el frío y a menudo la lluvia durante toda la noche; pero tiene la recompensa de que te permite ver la salida del sol durante la vuelta a casa, y suele ser un espectáculo realmente bonito. Además, todo esfuerzo merece la pena cuando te da la posibilidad de observar a estos maravillosos animales moviéndose de un árbol a otro con una agilidad increíble, comiendo, buscando comida o, con un poco de suerte, interactuando con otros loris.

Durante la vuelta a casa después de la noche de observación nos encontramos con imágenes como ésta.

Gracias a esta antena y un receptor somos capaces de encontrar a los loris.

Estas observaciones nocturnas las combino con la toma de datos para mi proyecto, que está relacionado con la selección que hacen los loris de los sitios donde duermen. Como son animales nocturnos, esto significa que en este caso tengo que salir durante el día para conseguir los datos, mientras ellos duermen. Un día a la semana, uno de los guías del proyecto junto a un voluntario buscan el sitio donde está durmiendo cada uno de los loris que estamos estudiando, para registrarlo. Normalmente no podemos verlos, porque suelen dormir en árboles de follaje denso donde quedan escondidos, habitualmente bambú; pero estos loris llevan un collar que, con la ayuda de una antena y un receptor, permite a nuestros guías saber su posición. Para poder tener más cantidad de datos, he estado aprendiendo a utilizar este equipamiento, de forma que ahora soy capaz de encontrar a los loris por mí misma y así puedo obtener información complementaria a la salida que se hace cada semana. Durante mis primeras semanas aquí estuve haciendo este tipo de salidas con cada uno de los guías, y ellos fueron enseñándome cómo funciona el equipamiento y dándome consejos. Ahora ya puedo ir con otro de los voluntarios y hacer el papel de guía. Por supuesto, a mí aún me toma el doble de tiempo que a ellos encontrar a cada animal! Además, aún no conozco suficientemente bien los caminos de la zona, de manera que a veces acabamos siguiendo la señal que capta la antena campo a través y cruzando ríos por sitios bastante complicados, y después acabamos viendo que había un camino mucho más fácil… pero se dan situaciones divertidas y normalmente acabamos riéndonos!

Y por supuesto, además de trabajar también encontramos algo de tiempo para un poco de ocio con todo el equipo del LFP! Cada mes se trata de organizar alguna actividad para promover la cohesión del grupo, y también hemos tenido las celebraciones de algunos cumpleaños hasta el momento. La convivencia en Cipaganti es muy buena y tengo que decir que gracias a esta experiencia estoy conociendo a gente maravillosa. Definitivamente, recomiendo a cualquier persona que tenga interés en contribuir a la conservación de los loris hacer un voluntariado o realizar un proyecto con the Little Fireface Project!

Fotografía del equipo del LFP casi al completo durante una salida a unas aguas termales.

  • Joana Duran Tapia
  • Volunteer